Critiques

Vos sorties Cinéma du mercredi 20 décembre !

Par Maëva Borg

Dernière ligne droite, la semaine la plus dure pour tout le monde : l’arrivée des vacances scolaires, ou l’arrivée de Noël, le stress qui monte pour les cadeaux qu’on galère à trouver, baver à l’idée de manger pas un, mais deux gros repas dimanche et lundi… Non, ça ne vous rappelle rien ? Oh, si peu !

Aller, pour vous remonter le moral, voici la deuxième partie des sorties du mois de Décembre, histoire d’aller voir un film à la cool, d’avoir une heure ou deux tranquille entre deux rush de cadeaux, assis au chaud !

MERCREDI 20 DÉCEMBRE

Le plus funky mais déjà-vu, non ? 
Jumanji : Bienvenue dans la Jungle, de Jake Kasdan

Jumanji reste un film culte des années 90, avec le grand Robin Williams. Aujourd’hui, la société de production Sony remasterise le jeu de société en console retro, réalisant alors une suite quelques peu loufoque : En jouant au jeu vidéo, quatre lycéens se retrouvent mystérieusement propulsés dans la jungle de Jumanji, où ils deviennent leurs avatars, plus vieux, ou…Plus masculins pour certaines, plus Lara Croft pour d’autres…

Apparemment l’idée du jeu vidéo est justifiée, mais ne serait-ce pas faire une suite pour faire « renaître » des idées déjà existantes ? Lançons le débat.

Celui qui ressemble à un film beauf bien français vu le casting
Tout là-haut, de Serge Hazanavicius

Frère de Michel Hazanavicius (donc je vais essayer de respecter un peu le film, Michel si tu nous lis), Serge raconte l’histoire de Scott, jeune surdoué du snowboard. Vu qu’il est une tête brûlé, fan du snowboard et peut-être trop ambitieux, il voudrait tenter la descente la plus dangereuse de toutes : l’Everest.

Je ne savais pas que l’Everest était une pente mais bon, sûrement une question de point de vue…

Celui pour les (petits ou grands) enfants :
Ferdinand, de Carlos Saldanha

Méfiez-vous des apparences ! Ferdinand, même s’il a l’air toujours vénère, c’est un taureau au grand cœur. Le problème c’est que les gens s’en fichent de son côté lover et généreux. Il se retrouve malencontreusement capturé, loin de son village. Mais Ferdinand, déterminé, repars à l’aventure en Espagne, accompagné de nouveaux copains un peu bizarre et tout petits !

L’historique :
Le portrait interdit (The lady in the Portrait), de Charles De Meaux

Au milieu du XVIIIe siècle, Jean-Denis Attiret et l’un des peintres officiels de la Cour impériale de Chine. Il peint le portrait de l’impératrice Ulanara, cette concubine devenue impératrice à la suite de la mort de la première femme de l’empereur Qian Long.

Le film relate la rencontre entre l’impératrice chinoise et le peintre.

Couleurs Pastel et 400 coups :
The Florida Project, de Sean Baker

Moonie, 6 ans est une petite fille insolente mais qui est bien mature pour son âge. Lâchée dans un motel près de Disney World, elle joue aux thug avec sa petite bande de gamins. Ses bêtises ne semblent pas inquiéter sa jeune mère Halley, plus concentrée sur ses plans… Au milieu, le gérant du motel (William Dafoe), est un brave gars, qui essaye de gérer comme il peut et de satisfaire tout le monde.

J’ai eu la chance de l’avoir vu en avant-première et je vous le conseille vivement, le film est touchant et contrastant : Couleur pop, innocence et gags face à une dure réalité de l’Amérique. Il comporte de nombreuses références : Les 400 coups, Moonrise Kingdom…

Il montre une autre réalité du rêve Américain. Il m’a fait penser à American Honey, point de vue d’une Amérique moins parfaite, d’une minorité que l’on oublie de parler.

Celui que j’attends le plus :
A Ghost Story, de David Lowery

Le fantôme d’un homme rend visite à sa femme en deuil dans la maison de banlieue qu’ils partageaient ensemble. Le temps n’a plus d’emprise sur cet homme, condamné alors à n’être que simple spectateur de la vie qui fut la sienne. Il devient proie de ses questionnements de l’existence et à son incommensurabilité (terme très profond).

Présenté au festival de Deauville, c’est un film que j’attends avec impatience ! Le film a l’air d’avoir une poésie que peu de films ne montre aujourd’hui. Le duo Casey Affleck / Rooney Mara est le petit bonus qui me convint d’aller voir ce film le plus rapidement possible !

Faits de société / d’actualité :
Wonder, de Stephen Chbosky

Auggie Pullman est né avec une malformation au visage, qui l’a empêché jusqu’à présent d’aller à l’école. Aujourd’hui, le rentre en CM2, à l’école de son quartier. C’est le début d’une aventure humaine hors du commun. C’est le début d’une aventure humaine dans la ville. Que ce soit dans une générosité ou une étroitesse d’esprit.

Deux trois acteurs bien connus (Julia Roberts, Owen Wilson, Mandy Pantinkin) dans ce genre de film humain fait toujours du bien. Le film à l’air de relater des faits d’harcèlement moraux à l’école, les moqueries, et surtout comment gérer un handicap dans la société.

Les restaurations de la semaine :
Ariane, de Billy Wilder / La folle journée de Ferris Bueller, de John Hughes
Pretty in Pink, Howard Deutch  

Mais aussi :

  • Garde Alternée
  • La promesse de l’Aube
  • Menina
  • La souris du Père Noël
  • Les aventures de Pinocchio
  • Lac Noir
  • Nuit De grève

 

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close