Soutenez la Lettre à Jal !

Festival du Film court de Villeurbanne : Rencontre avec Philippe Bois, machiniste sur le court-métrage « La Bifle » !

La Lettre à Jal suit toujours de prêt la 33ème édition du festival du film court de Villeurbanne qui se déroule jusqu’à lundi prochain au cinéma le Zola.

Site web du festival : www.festcourt-villeurbanne.com

Affiche La BiflePhilippe Bois, machiniste de « La Bifle » de Jean-Baptiste Saurel, 2012.
Diffusé lors de la programmation Nouvelles Formes, Nouveaux Films de 18h30.

« Le tournage a duré une dizaine de jours à Rouen. Ça s’est passé dans deux lieux : un entrepôt où se passe la scène de combat et une ancienne librairie, superbement décorée en vidéoclub pour l’occasion. Le film a été présenté à Cannes, à la cinémathèque de Paris et sur Canal + également.

On avait une assez grosse équipe et on a tourné avec une Epic et une Scarlet de chez Red One. Des caméras qui nous ont permis d’avoir de superbes ralentis entre autres. Les acteurs étaient supers, j’ai adoré le jeu de David Nunes qui joue le producteur du film. Jean-Baptiste Saurel a fait l’écriture et la réalisation, et je dirais même qu’il a donné de sa personne sur le tournage!

On s’est bien marré en tous cas, à un moment, le personnage féminin reçoit une bifle et c’est même moi qui ai pu lui donner… avec l’accessoire qu’on utilisait bien sûr, pour faire semblant. J’ai travaillé sur d’autres projets dont Le Lit Près de la Fenêtre de Michaël Barocas ou L’Étrange Couleurs des Larmes de ton Corps d’Hélène Cattet et Bruno Forzani, qu’on pourra bientôt voir en salle, mais c’était ici ma première comédie.

En tant que machiniste je m’occupe de la sécurité technique sur le plateau, je vérifie que toutes les attaches soient fixes par exemple. Je m’occupe des supports des caméra, des structures et des mouvements de caméras sur dolly, je cale les rails, etc.

Parfois si on a besoin de faire croire qu’on tourne de nuit, je couvre tous les puits de lumière également. On a toujours à faire. Pour ce tournage nous étions deux machinistes. On avait deux caméras sur le tournage. »

Propos recueillis par Baptiste Decourty, le lundi 19 novembre 2012.

Baptiste Decourty

Ancien pigiste pour Le Journal de la Côtière durant 6 ans, il a également été reporter pour le site du festival Lumière 2012. Réalisateur amateur, il a fait des études de cinéma et d'anglais à l'université, est passionné par les études de genres et les films à la narration complexe, et pratique et crée aussi dans les univers de la photographie, de la danse moderne-jazz et de la musique. Ancien président de La Guilde des Cherche-Rêves, association de jeux de rôles de Miribel, il s'implique aussi dans l'univers associatif, du jeu, de la culture et est nouveau bénévole au sein d'AOA Production.

Related Articles

1 thought on “Festival du Film court de Villeurbanne : Rencontre avec Philippe Bois, machiniste sur le court-métrage « La Bifle » !”

  1. Bonjour Baptiste,
    Bon pas mal d’erreurs dans ton article.
    Déjà Rouen en haute Normandie et pas Rouan (http://fr.wikipedia.org/wiki/Rouen).
    Les caméras des Epic la (1ère – http://www.red.com/products/epic) et la scarlet pour Deuxième (http://www.red.com/products/scarlet) de chez Red one voilà.
    Pour Le Lit Près de la Fenêtre (http://www.unifrance.org/film/30398/le-lit-pres-de-la-fenetre ou http://www.imdb.fr/title/tt1591020/) de Christian Carion non il était le producteur. Il a été réaliser par Michaël Barocas.
    Merci de corriger
    A+
    Philippe Bois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close