Soutenez la Lettre à Jal !

Festival du Film court de Villeurbanne : La dernière longue nuit avant l’apocalypse !

Cette première programmation de la soirée nous fait déjà bien entrer dans l’ambiance. Dans le public, quelques personnes sont déguisées et le caissier du Zola court dans la salle, habillé en combinaison d’isolement jaune.

Au programme : le classique mais impérissable Les Voisins de Norman McLaren, l’un des films phares en matière de stop motion (animation du réel par succession de photographies). Ce film génial et drôle nous montre comment des relations de bon voisinage peuvent tourner en guerre fratricide démesurée quand il s’agit… de savoir à qui appartient une jolie fleur qui se trouve entre deux terrain.

Puis, on a pu découvrir le Casus Belli de Georgios Zois de 2010 sur la société de consommation, la surconsommation et la circulation. Un film étrange et génial à découvrir de toute urgence !

Plus de surprises encore avec Runaway de Cordell Baker, un autre film d’animation déjanté et tordant de nos amis, spécialistes de l’animation, du Canada ; puis avec Les Escargots de René Laloux et Roland Topor, de 1965, dans lequel un paysan crée malgré lui une race d’escargots géants qui viennent détruire le monde !!!

Bien sûr, de nos jours, qui dit apocalypse dit zombis et nous avons eu le droit à un We Ate the Children Last d’Andrew Civino de 2011 dans lequel des hommes à qui on a transplanté des organes de porcs pour les sauver d’un cancer, vont commencer à avoir un appétit féroce et disons… éclectique !

Enfin quelques OFNI (objets filmiques non identifiés) : Kometen de Johan Löfstedt, film constitué d’images d’archives assemblées pour nous narrer l’histoire des derniers moments de la terre avant la chute d’une météorite ; The Gloaming de NoBrain, film d’animation impressionnant et flippant sur un monde miniature échappant au contrôle de son créateur ; et enfin Next Floor de Denis Villeneuve, dans lequel une pleine tablée de bourgeois s’empiffrent des mets les plus protégés de la planète (viande de requin, de biche, etc.) avant de dégringoler, sous le fait de leur propre poids, d’un étage à l’autre sous les yeux de leur serviteurs.

Bref, cette programmation d’ouverture a déjà de quoi amuser et donner des sueurs froides au public de sorte de ne plus vouloir sortir du Zola… mais est-ce par plaisir, ou par peur ?

Festival du Film Court de Villeurbanne Apocalypse 2012

Interviews de l’équipe et des professionnels juste après le premier programme de la Dernière Longue Nuit Avant l’Apocalypse :

Berverley, 23 ans, bénévole pour l’Association pour le cinéma :

« Je suis étudiante en master de cinéma à Lyon 2 et l’an dernier j’ai pu faire un stage au sein de l’Association Pour Le Cinéma qui gère le cinéma le Zola. Je suis restée bénévole et j’ai pu participer  à la sélection des films pour l’édition de cette année.

Le bénévolat est très intéressant ici, on voit vraiment plein d’aspects de l’exploitation cinématographique et on a notre mot à dire. De plus, je suis maintenant chargée de la gazette. »

Festival du Film Court de Villeurbanne 2012

Interviews du public juste après le premier programme de la Dernière Longue Nuit Avant l’Apocalypse :

Alexandre, 20 ans : « Je suis là par amour du cinéma. J’ai la volonté de m’instruire puisque je cherche à travailler dans le milieu en tant que scénariste. Marie Le Gac du bureau des auteur de Rhône-Alpes Cinéma m’a conseillé de venir.

C’est mon premier festival de cinéma et pour le moment j’ai vu toutes les séances. Ça me plaît beaucoup et le personnel et très sympa ; mes gros coups de cœur depuis le début du festival sont : Les Chiens Verts de Mathias et Colas Rifkiss, Ce n’est pas un film de cowboys de Benjamin Parent, Edmond Était un Âne de Franck Dion et Les Navets Blancs Empêchent de Dormir de Rachel Lang.

De voir tout cela me donne envie de continuer dans le cinéma. Là je vais rester pour toute la Nuit et après celui-ci j’espère découvrir d’autres festivals ! »

André, 59 ans : « Je suis déjà venu aux autres éditions du festival mais cette année c’est la première fois que je viens voir une programmation. J

e dois dire qu’il n’y a pas grand chose qui me plaise pour l’instant. Je suis venu parce que j’avais de bons souvenirs de Nuits précédentes avec des thématiques comme les films d’amour, tout ça. Mais là, l’apocalypse, ça ne m’intéresse finalement pas tant que ça.

J’irais surement tout de même voir d’autres programmations. »

Claudine, 59 ans : « C’est la première fois que je fais ce festival et la première programmation que je viens voir. Je suis pourtant une habituée du Zola et de ces autres festivals.

J’aime bien la programmation de ce soir pour l’instant. Je suis venu parce que je pense être cinéphile mais que c’est tout de même difficile de choisir ce qu’on veut voir dans une liste de courts métrages parce qu’on connaît forcément moins les auteurs et les œuvres. Mais sur toute une nuit on a de quoi découvrir plein de choses. De plus, je trouve le thème très intéressant.

La bande annonce que l’on voit en ce moment [entre les séances] pour le festival est très bien faîte, elle me donne envie d’aller voir les autres programmations. Je pense que j’essaierai de venir quand il y aura des réalisateurs présents et pour la soirée Carte Blanche à Carmen Maria Vega. »

Festival du Film Court de Villeurbanne Apocalypse 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne Apocalypse 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne Apocalypse 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne Apocalypse 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne Apocalypse 2012

Festival du Film Court de Villeurbanne Apocalypse 2012

Baptiste Decourty

Ancien pigiste pour Le Journal de la Côtière durant 6 ans, il a également été reporter pour le site du festival Lumière 2012. Réalisateur amateur, il a fait des études de cinéma et d'anglais à l'université, est passionné par les études de genres et les films à la narration complexe, et pratique et crée aussi dans les univers de la photographie, de la danse moderne-jazz et de la musique. Ancien président de La Guilde des Cherche-Rêves, association de jeux de rôles de Miribel, il s'implique aussi dans l'univers associatif, du jeu, de la culture et est nouveau bénévole au sein d'AOA Production.

Related Articles

1 thought on “Festival du Film court de Villeurbanne : La dernière longue nuit avant l’apocalypse !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close