Soutenez la Lettre à Jal !

[Dossier] Doctor Who en France : le quinquagénaire toujours aussi populaire !

Geoffrey Priol est étudiant en journalisme à l’EJT (Ecole de Journalisme de Toulouse). Dans le cadre d’un exercice, il a réalisé ce dossier sur les 50 ans de la série anglaise Doctor Who. N’ayant pas prévu de le publier, il a accepté la publication sur la Lettre à Jal de ce travail de grande qualité. Qu’il en soit 1000 fois remercié.

Un demi-siècle d’existence, 11 acteurs pour l’incarner mais toujours son tournevis sonique à la main, le Doctor Who passe une étape majeure en 2013 mais elle n’en perd pas moins de sa popularité avec de nombreuses annonces pour le futur et des découvertes d’anciens épisodes. Considérée comme culte en Angleterre depuis plusieurs décennies, la série a eu du mal à passer la Manche mais elle est enfin soutenue par une fan-base solide en France. Chaque année le nombre de téléspectateurs augmente sur France 4 qui diffusera le 23 novembre, avec 143 autres pays, l’épisode anniversaire de la série anglaise toujours aussi fantastique.

Le retard du Doctor en France

Toujours prêt à sauver le monde, à la pointe de la technologie et si ce n’est plus, son moyen de transport est aussi célèbre que son personnage et il garde toujours son humour british dans les situations les plus dangereuses. Non c’était en 2012 que James Bond fêtait ses 50 ans, cette année c’est Doctor Who.

L’Angleterre célèbre avec joie cette série de 798 épisodes : le 18 novembre une fête est organisée à Buckingham Palace où le show britannique se verra remettre le Sceau d’Approbation Royale et le 23 novembre, date d’anniversaire, un épisode spécial sera diffusé dans 144 pays et dans plus de 400 cinémas dont 200 au Royaume-Uni.

Le premier Docteur en 1963
Le premier Docteur en 1963

Cet engouement en Angleterre est compréhensible car le show est très vite devenu culte. « Beaucoup de Britanniques ont grandi avec cette série. Il s’agissait de l’émission que l’on mettait après l’école et avant le coucher », expliquent Nicole Loutan et Anne-Claire Noël, administratrices du site francophone non-officiel de l’univers de la série Beans On Toast.

Mais ce statut a bien eu du mal à toucher les Français. « Durant la première période de la série (de 1963 à 1995), seuls 20 épisodes ont été diffusés en France, en 1980 à 7 heures du matin le dimanche dans le Club Dorothée », déplore Romain Nigita, réalisateur de plusieurs mini-documentaires sur la série. Cette diffusion quasi-inexistante et le fait que la série soit axée sur la science-fiction ont pendant longtemps joué en défaveur d’un succès en France.

Le renouveau de la série

Le show trouve son public français qu’à partir de 2005 avec le retour de la série et sa diffusion sur France 4. Actuellement un épisode de la série attire en moyenne 450 000 téléspectateurs, soit 1,4 % de part de marché. Comparé aux scores des Mentalist et Castle sur TF1 et France 2, ceux de la série anglaise paraissent bien faibles, mais pour une chaîne de la TNT, cela reste honorable.

Evidemment le 23 novembre, la France fera partie des 144 pays qui diffuseront l’épisode anniversaire. « Les fans français n’auraient pas pardonné à France 4 de ne pas diffuser l’épisode à cette date », déclare Romain Nigita. N’ayant pas la prétention de faire des scores d’audiences pharamineux, France 4 mise plus sur la solidarité des fans Français. Années après années, ces derniers créent des soirées et journées thématiques en l’honneur du Seigneur du temps.

conv lyon
La convention Doctor Who 2013 à Lyon

Depuis 2 ans, Julien Jal Pouget, co-créateur de l’association AOA Production, organise chaque 23 novembre un « Doctor Who Day » à Lyon. « La MJC de Montplaisir nous prête un amphi durant la journée et nous organisons des projections, quizz avec des cadeaux, des débats sur la série et des petites expositions », explique le jeune homme.

Fan depuis plusieurs années, Julien voulait créer un événement à Lyon pour rendre hommage à la série. Grâce au bouche à oreille et à la découverte de la série lors du premier rendez-vous, le nombre de participants est passé de 80 à 150 en un an, et « nous allons facilement dépasser les 200 personnes le 23 novembre prochain », ajoute l’organisateur de l’événement.

Augmentation du nombre de fans

Anne-Claire Noël à la convention Doctor Who Lyon
Anne-Claire Noël

Sur internet, Anne-Claire Noël, de Beans on toast, a remarqué depuis deux ans une augmentation du nombre de visite du site. « Actuellement nous sommes à environ 1 250 visites par jours et près de 4 500 pages du site internet vues par jour », se réjouit la coadministratrice du site.

Les pics de visites sont survenus lors de la diffusion anglaise et française de la saison 7 et surtout suite à la Comic Con de Paris de cet été où étaient présents Mark Gatiss, scénariste et acteur dans la série et Steven Moffat, le showrunner depuis la saison 5. « La salle avait une capacité de 850 places et il y en avait autant de personnes collées contre le mur pour écouter Steven Moffat », se souvient Romain Nigita. Même s’ils ne sont pas des millions comme en Angleterre, la communauté française est solide et attend avec tout autant d’impatience les nouvelles aventures du Doctor.

Romain Nigita : « Une série qui a su se remettre en cause »

doctor who

Romain Nigita, membre de la rédaction de 8 Art City et réalisateur de plusieurs mini-documentaires sur Doctor Who, revient sur les cinquante ans du show qui a su se renouveler, changer de format et être toujours aussi populaire malgré une période d’errements durant les années 90.

En 50 ans la série a-t-elle toujours été aussi populaire?

Entre les années 60 et 70 la série est très populaire en Angleterre où elle est passée d’épisodes considérés comme des leçons d’histoires, où les personnages voyageaient dans le temps en rencontrant des figures historiques comme Jules César, à ceux plus portés sur la Science-fiction. Mais dans les années 80, le public est moins présent et se lasse de la série qui va être annulée en 1989. En 1995, la série revient pour un téléfilm mais elle fait son véritable retour qu’en 2005, qui est considéré comme la deuxième époque du Doctor. La série n’a jamais été aussi populaire qu’aujourd’hui.

Pourquoi la série est toujours d’actualité aujourd’hui ?

C’est une série qui a su se remettre en cause constamment et qui a donc permis qu’elle perdure. D’une part la manière de produire entre les deux époques de la série est totalement différente. Au début la série était composée d’épisodes « sérial » où une grande histoire était découpée en six, huit parties. Alors qu’aujourd’hui ce sont des épisodes avec des intrigues uniques qui trouvent leur conclusion au bout de 40 minutes.

Puis la série a su se maintenir grâce au concept de régénération qui voit un Doctor différent tout les quatre à cinq ans. Chaque acteur apporte une touche personnelle, unique qui va changer le personnage et qui va changer le ton de la série. Tantôt un Doctor va être plus aventureux, un plus scientifique ou un nettement plus tourmenté.

adventure1 copie
An adventure in Space and Time : téléfilm retraçant la création de la série en 1963

Que diriez-vous à une personne lambda pour l’inciter à regarder la série ?

Tout d’abord la série est plus simple qu’on ne le croit. Pour beaucoup lorsqu’ils apprennent que c’est une série de science-fiction qui a 50 ans, ils se disent qu’ils n’arriveront jamais à tout comprendre. Mais s’ils aiment la Science-fiction et qu’ils ont de l’humour, car ça reste un show anglais avec son humour british, ils rentreront facilement dans l’univers de la série.

L’épisode de noël, diffusé en décembre qui voit l’arriver d’un nouvel acteur, et la future saison 8 l’année prochaine constituent-ils une porte d’entrée pour les personnes qui souhaitent découvrir la série ?

Chaque arrivée d’un nouveau Doctor constitue un point d’entrée pour les téléspectateurs, car la série change de ton avec la nouvelle personnalité de l’acteur. Mais pour moi la véritable occasion pour un téléspectateur de découvrir la série, c’est lorsqu’il y a un changement de compagnon. Car à chaque fois le Doctor réexplique à la personne qui il est, ce qu’il fait et son histoire. Ainsi le téléspectateur revoit les principaux éléments de la série.

Le who’s who de la série

Pendant 50 ans et 798 épisodes chaque aventure du Doctor Who a posé des éléments importants dans la mythologie du show. Petit rappel des points clé pour une meilleure compréhension de cet univers fantastique.

Le Doctor :

doctor_who

D’apparence humaine, le Doctor est un Seigneur du Temps qui vient de la planète Gallifrey. Profondément attaché à la terre et à ses habitants, il est toujours là pour les protéger d’invasion ennemie. Il a la capacité de se régénérer quand il meurt, souvent pour sauver les Terriens, et de ressusciter sous une autre apparence. Il change ainsi de forme, de personnalité et de goût vestimentaire. En 50 ans, le Doctor a connu onze incarnations et une douzième arrive pour noël.

Les compagnons :

doctor companions

Dans ses aventures dans le temps et l’espace, le Doctor est toujours suivi d’un ou plusieurs compagnons issus de la Terre. Se sont souvent des femmes plus jeunes que le Seigneur du temps. Il est arrivé que le Doctor succombent aux charmes de certaines. Mais au final le compagnon quitte toujours le Doctor retourner à sa vie quotidienne sur Terre.

Les Daleks :

daleks_in_technicolour_by_librarian_bot-d5itzu7

Originaires de la planète Skaro, ces mutants humanoïdes enfermés dans une armure mécanique sont les ennemis jurés du Doctor. Lors du retour de la série en 2005, les téléspectateurs apprennent que les Seigneurs du temps et les Daleks se sont livrés à une longue bataille sur la planète Gallifrey, la Guerre des Temps, qui a  entraîné la destruction de la planète du Doctor Who, de toute sa race ainsi que celle des Daleks. Mais certains mutants ont survécu et reviennent affronter le Doctor. Leur réplique la plus célèbre : « EX-TER-MI-NER ! »

Le TARDIS :

tardis

Acronyme de Temps A Relativité Dimensionnelle Inter Spatiale, le TARDIS est le vaisseau dans lequel le Doctor et ses compagnons voyagent. L’extérieur peut se camoufler en un élément typique de la planète où se trouvent les personnages, mais suite à un dysfonctionnement, le TARDIS reste bloqué en l’apparence d’une cabine téléphonique violette de la police anglaise des années 50.

Le tournevis sonique :

screwdriver onic

C’est l’outil indispensable au Doctor. Ce dernier peut ouvrir tous les verrous, scanner des objets, des personnes, analyser des substances, des résidus ou des gaz et peut parfois servir d’arme.

2013 : une année de surprises et de changements

Outre ses 50 ans, Doctor Who a eu une année riche en révélations et découvertes. Mai 2013, l’acteur Matt Smith déclare qu’après trois années à endosser le costume du Doctor Who il quitte la série à l’issue du futur épisode spécial de noël. Durant tout l’été, plusieurs noms circulent sur la toile pour savoir qui sera le douzième Doctor de la série.

Il faudra attendre l’émission spéciale de la BBC du 4 août pour connaître son identité : Peter Capaldi. Connu surtout en Angleterre pour son rôle dans la série politique satirique « The thick of it », il est apparu dernièrement dans World War Z au côté Brad Pitt. Sa première apparition est programmée pour l’épisode de noël fin 2013 et les téléspectateurs le retrouveront en août 2014.

peter capaldi
Peter Capaldi : sa première apparition lors de l’épisode du 50ème anniversaire

Sur les 798 épisodes qui composent la série, une centaine étaient perdues. Au début de la série, la BBC ne pouvait pas se permettre d’acheter en énorme quantité des bandes à deux pouces, sur lesquelles étaient enregistrés les épisodes. La chaîne anglaise a donc du enregistrer les épisodes les uns sur les autres effaçant ainsi beaucoup d’histoires du premier Doctor des années 60.

Mais surprise, en octobre, la BBC a annoncé en grande pompe que neuf épisodes avaient été retrouvés par Philip Morris, directeur de Television International Entreprises Archive. Ce dernier a raconté à la BBC que les enregistrements « prenaient la poussière dans la réserve d’une station-relai de télévision au Nigéria ». Véritables cadeaux pour les fans de la première heure et nouveaux points d’entrée pour les néophytes, les responsables de la série savent comment maintenir la popularité du show même après 50 ans.

POUR EN SAVOIR PLUS :

> Retour sur la convention Doctor Who à Lyon
Le site Beans on Toast
8 Art City l’Agence des séries télé
Vidéo : L’histoire de Doctor Who de 1963 à 2012 en 45 minutes !

Doctor-Who-Day-20131-600x901

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close